APPROCHE DU COLEACP

10 PRINCIPES D’INTERVENTION

Appropriation locale

Pas de substitution aux acteurs locaux

Investissement dans l’expertise et les ressources humaines locales

Mise en commun des problèmes et solutions / Economies d’échelle

Intervention basée sur la demande / Partage des coûts

Approche participative

Coopération Sud-Sud

L’export comme facteur de modernisation

Relation structurée entre les opérateurs locaux de la chaîne de valeur

Accent transversal sur les jeunes et l’égalité des genres

Une approche durable basée sur 3 piliers : charte, formation et auto-évaluation

Ceci offre un cadre simple pour l’amélioration continue, en se concentrant sur l’analyse de cas afin que l’adoption de bonnes pratiques facilite non seulement l’accès au marché, mais aide réellement les fournisseurs à gérer des entreprises plus efficaces, plus rentables et plus résilientes. Ce cadre se compose de trois éléments centraux :

APPROCHE DU COLEACP EN
RÉPUBLIQUE DÉMOCRATIQUE DU CONGO

Stratégie d’appui

Les flux d’exportation de produits horticoles en provenance de la RDC et à destination de l’UE et des autres destinations internationales étant limités, le COLEACP, à travers ses deux programmes d’assistance technique FFM et FFM-SPS se concentre principalement sur l’amélioration quantitative et qualitative de la production de fruits et légumes à destination des marchés nationaux et régionaux.

Les demandes reçues par le COLEACP de la part de structures congolaises concernent principalement des structures d’appui aux producteurs (ONG, fédération, association, programme d’appui) et des associations de producteurs de la zone de Kinshasa et de la région du Kivu. Une demande d’appui a également été reçue de la part de la Direction de la Protection des Végétaux (DPV).

Les appuis se concentrent sur le renforcement des capacités des acteurs des filières horticoles avec un accent particulier sur les vulgarisateurs des structures d’encadrement et d’associations de producteurs. Ces agents de terrain sont en contact permanent avec les producteurs et les entités de production. Ils sont un relais essentiel pour toucher les milliers de producteurs qui fournissent quotidiennement les grandes villes telles que Kinshasa, Bukavu et Goma en fruits et légumes frais et transformés (manioc, tomates, aubergines, oignons, légumes feuilles, choux, haricots, mangues, avocats,…).

Les thématiques abordées lors des formations touchent les principes liés à l’amélioration de la qualité sanitaire par le respect des principes d’hygiène, la mise en place de pratiques agricoles durables, la protection des cultures, l’usage sécurisé des pesticides et les bases de la traçabilité. Ces formations intègrent du contenu technique ainsi que du contenu pédagogique qui assurera la démultiplication des messages clés aux producteurs et petites entreprises de production et de transformation.

L’utilisation de consultants congolais est actuellement limitée mais constitue une priorité pour le COLEACP. Des experts régionaux sont mobilisés pour former et coacher des experts congolais sur les aspects techniques et pédagogiques en utilisant les outils développés par le COLEACP.

En ce qui concerne le renforcement des capacités des agents de la DPV, ils invités à participer aux sessions régionales sur les thématiques liées à la gestion des problématiques sanitaires et phytosanitaires. Deux inspecteurs ont par exemple pu participer à une formation sur le remplissage des certificats phytosanitaires à Douala en avril 2019.

Actuellement, 22 protocoles d’entente ont été signés avec des structures congolaises.

Translate »